Déces de Roger Tessier, fidèle garde du corps du Général

Roger Tessier, le dernier des quatre gardes du corps du général de Gaulle encore en vie, est décédé dans la nuit de vendredi à samedi à l’âge de 92 ans.

Aux côtés du général pendant 23 ans. Premier des quatre officiers de sécurité à avoir été affublé du surnom de « gorille » pour ses larges épaules carrées, il avait servi le général de Gaulle à partir de 1947, et pendant 23 ans. « Il avait une force incroyable », se souvient un de ses proches, qui évoque une personne « extrêmement humaine ». « Il aurait donné sa vie pour le général », raconte quant à lui son ami Bernard Charlet, son ami, ancien photographe à France Soir. Ancien résistant, il avait proposé ses services au général de Gaulle après la guerre.  En 2002, il a publié son autobiographie   J’étais le gorille du général, dans laquelle il racontait que de Gaulle ne supportait aucune mesure de sécurité. Lorsque le général recevait certaines personnalités, Roger Tessier s’installait derrière son bureau et, par une porte légèrement entrouverte, s’apprêtait à tirer en cas de menace, sans que le président n’en sache rien. Le jour de sa mort, le 9 novembre 1970, il avait ressenti autant de peine qu’au décès de son père.

En 2007, il avait été décoré de la légion d’honneur par Jean-Louis Debré, alors président du Conseil constitutionnel. Roger Tessier est mort à Canet (Pyrénées-Orientales), où il avait une maison.

réservez votre journée avec votre association

Dimanche 26 Novembre 2017                                        A l’IGESA -Résidence ESCALE LOUVOIS

Boulevard Louvois A TOULON

9h30- Accueil des membres et émargement.                                                                  Jacques QUENTIN, Jean-Pierre TROUBOUL   projetterons une vidéo de nos activités de l’année.                                                                                                                   10H00-   Ouverture de l’assemblée.  Souhaits de bienvenue du président.

Rapport moral par le président. Approbation.

Rapport d’activités par le président. Approbation.

Rapport Financier par le trésorier- Approbation.

Approbation des modifications de certains articles des statuts.

12H00 -12H30 Clôture de l’assemblée.  Apéritifs et repas avec animation

Inscrivez  vous à notre repas   après  A.G

11 novembre exposition

Exposition « De la grande guerre à la reconnaissance de la nation ». à  Ollioules            organisée par les anciens combattants, les associations patriotiques d’Ollioules, dont notre association , Jean Landré, porte drapeau de l’ANACR et Patrick Gaillard, collectionneur Ollioulais en partenariat avec la ville.

 

9 novembre 2017

IMG_3699Dépôt de gerbe   a Six Fours par Mr JL FAGGIANELLI

IMG_3700

 

 

Dépôt de gerbe a Hyères par Mr Devos

HYERES 1 HYERES

 

 

 

Ollioules à l’hôtel de ville en présence du président Louis Fiori , du vice président Jacques Quentin, discours de monsieur le maire Robert Beneventi

Colloque 21 octobre 2017

 

Raconter l’horreur pour lutter contre l’oubli                                                              C’est le devoir de mémoire, cette transmission, c’est notre vie.

Le 21 octobre 2017, nous avons eu l’honneur d’inviter madame Frédérique Neau-Dufour,   directrice du Centre européen du résistant-déporté, situé sur le site de l’ancien camp de concentration de Natzwiller-Struthof, et vice présidente nationale du souvenir FRANÇAIS. Elle nous a apporté son expertise sur l’enfer et l’horreur du camp ainsi que la pensée du général de Gaulle sur ce désastre. Plus de 40 adhérents présents.

Dans quelques années, les rescapés des camps ne seront plus là pour en témoigner. Il appartiendra alors aux jeunes générations de se rappeler de cette effroyable tragédie et de perpétuer ainsi cet indispensable devoir de mémoire.  Michel ANFROL parrain de notre association, et président des amis de la fondation Charles de Gaulle est intervenu sur le deuxième sujet : les français libres. Ce fut un colloque instructif et passionnant. Frédérique Neau-Dufour nous a invité à venir sur ce haut lieu de mémoire ( Struthof ). Nous souhaitons organiser sa visite dans le courant du mois de septembre 2018.

Faites-vous connaitre si vous souhaitez y participer.

9 novembre 1970

382148_300x300_1[1]Il y a quarante sept  ans, les derniers mots du général de Gaulle : « J’ai mal dans le dos…» C’est dans son salon de Colombey-les-Deux-Eglises que le général de Gaulle est mort, le lundi 9 novembre 1970, un an et demi après avoir démissionné de la présidence de la République. La vieillesse est un naufrage », avait dit de Gaulle à André Malraux, lui confessant combien il redoutait une fin longue et douloureuse qui l’aurait diminué durablement.                                                                                                                                             Le 9 novembre 1970, à quelques jours de son quatre-vingtième anniversaire, le général est dans sa résidence de Colombey-les-deux-Eglises (Est de la France). Il est installé devant sa table de bridge, étalant ses cartes pour une réussite, dans l’attente du journal télévisé de 20h00. Pris d’un malaise, il murmure « j’ai mal dans le dos… » puis s’affaisse dans son fauteuil et perd connaissance. Sa femme Yvonne, seule à ses côtés, appelle le prêtre et le médecin. Celui-ci diagnostique une rupture d’anévrisme abdominal. Charles de Gaulle ne reprendra pas conscience, mais il aura le temps de recevoir les derniers sacrements avant de succomber.

Aujourd’hui , à Colombey les deux Eglises célébration de l’anniversaire de la mort du général de Gaulle avec une cérémonie à 11 heures, en présence de Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées.