Bibliographie du général de Gaulle

Biographie militaire & politique du général De Gaulle

  • 22 novembre 1890 : Naissance de Charles De Gaulle
  • 1896-1900 : Études primaires à Paris
  • 1900-1908 : Études secondaires à Paris, puis en Belgique
  • Octobre 1910 – Septembre 1912 : Élève à l’école militaire de Saint-Cyr et devient Sous-Lieutenant
  • 3 août 1914 : L’Allemagne déclare la guerre à La France
  • 15 août 1914 : Blessure par balle au genou droit
  • 10 août 1915 : Blessure à la main, décoré de la Croix de Guerre avec une étoile d’argent
  • 2 mars 1916 : Charge à baïonnette avec ses gars, porté disparu. Cité à l’Ordre de l’Armée, on lui décerne à titre posthume la Croix de Guerre avec palme. Prisonnier, interné à Mayence, il fait six tentatives d’évasion sans succès
  • 11 novembre 1918 : 11 h du matin la guerre est terminée
  • Avril 1919 – février 1921 : Chef de bataillon, détaché auprès de l’armée polonaise
  • 6 et 7 avril 1921 : Mariage avec Yvonne Vendroux à Calais (civil et religieux).
  • 28 décembre 1921 : Naissance de Philippe
  • Novembre 1922 – octobre 1924 : Élevè à l’école supérieure de guerre
  • 1924 : Rejoint l’armée
  • 15 mai 1924 : Naissance d’Élisabeth
  • 1925 Pétain
    Chef militaire au cours de la première guerre mondiale, il est présenté comme le vainqueur de la bataille de Verdun et nommé Maréchal de France en 1918. Pétain devient commandant des forces françaises combattant aux côtés de l’Espagne dans la guerre du RIF. Académicien en 1929, il occupe les fonctions de ministre de la Guerre.
    Rappelé au gouvernement le 17 mai 1940, il s’oppose à la poursuite de la guerre qu’il considère comme perdue, et impute la responsabilité au régime républicain. Président du Conseil, le 17 juin, il appelle à cesser le combat. Il fait signer l’armistice le 22 juin 1940.
    Investi de pleins pouvoirs par l’assemblée nationale le 10 juillet 1940, il s’octroie le titre de « chef de l’État français » et qu’il conservera pendant les quatre années de l’occupation des armées du IIIe Reich. Installé à Vichy sous un régime autoritaire, abolit les institutions républicaines et les libertés fondamentales, instaure des lois antisémites, et collabore avec l’Allemagne nazie. Le régime qu’il dirige jusqu’en 1944 est déclaré « illégitime, nul et non avenu » par le général De Gaulle à la libération.
    Emmené en Allemagne en août 1944, à Sigmaringen, puis en Suisse avant de se rendre aux autorités françaises. Pétain est jugé en juillet 1945 pour intelligence avec l’ennemi et haute trahison par la Haute Cour de justice. Arrêté le 15 août 1945, frappé d’indignité nationale, condamné à la confiscation de ses biens et à la peine de mort. Sa peine est commuée en emprisonnement à perpétuité par le général De Gaulle. Il mourra en détention sur l’île d’Yeu, où il est ensuite inhumé.
  • 1er juillet 1925 : Détachement à l’État-Major du Maréchal Pétain
  • Septembre 1927 : Commandant du 19e bataillon de chasseurs à Trêves
  • 1927 : Construction de la ligne Maginot. De Gaulle s’insurge, elle sera contournée
    Nommé Lieutenant-Colonel
  • 1er janvier 1928 : Naissance d’Anne
  • Octobre 1929 : Mis à la disposition du Général commandant les troupes du Levant à Beyrouth
  • Novembre 1931 : Nomination au Secrétariat général du Conseil Supérieur de la Défense Nationale
  • 1934 : Achète la Boiserie
  • 1937 : Colonel Commandant du 507e Régiment des chars à Metz
  • 2 septembre 1939 : Commandant par intérim des chars de la 5e armée dans la région Alsace-Lorraine
  • 3 septembre 1939 : La guerre est déclarée à la Grande-Bretagne et à la France
  • 26 avril 1940 : Commandant par intérim de la 4e division cuirassée de réserve
  • 17- 31 mai 1940 : Combat à Montcornet, Crécy et Abbeville
  • 23 mai 1940 : Général de brigade à titre temporaire
  • 5 juin 1940 : Sous-secrétaire d’état chargé de la Défense Nationale et de la guerre
  • 9 juin 1940 : Rencontre avec Churchill
  • 14 juin 1940 : Les Allemands font leur entrée dans Paris
  • 16 juin 1940 : De Gaulle est de retour en France. Reynaud a démissionné. Lebrun a demandé à Pétain de former un gouvernement. De Gaulle décide de rejoindre Londres et se précipite chez Winston Churchill, il lui demande de mettre à sa disposition les ondes la BBC, « Vous avez raison il faut parler dès demain » lui répond Churchill
  • 17 juin 1940 : Jean Moulin, plus jeune Préfet d’Eure-et-Loir (1937-1940)
    Les troupes allemandes sont dans Chartres. Il tente de mettre fin à ses jours en se tailladant la gorge, plutôt que de signer un texte dénonçant les exactions imaginaires commises par des tirailleurs sénégalais près de Chartres.
    Sauvé de justesse, ce geste marque son entrée en résistance. Révoqué en 1940 par le gouvernement de Vichy, Jean Moulin entre en contact avec les premiers résistants. Il gagne Londres et se met à la disposition du général De Gaulle qu’il rencontre le 25 octobre 1941.
    Chargé de coordonner l’action des mouvements de résistance dans la zone sud, il réussit à convaincre les chefs des trois mouvements. Totalement démuni, il s’expose à des risques considérables, menant une double vie clandestine et officielle. Il met sur pieds une véritable administration clandestine de la résistance, et devient l’intermédiaire obligé entre la résistance intérieure et le général De Gaulle dont il fera admettre l’autorité.
    Le 27 mai 1943, il préside le premier Conseil National de la Résistance. Non sans mal, il parvient à se faire admettre en tant que chef du CNR qui réunit les chefs de tous les groupes de résistants français.
    Quelques jours plus tard, le 9 juin 1943, le général Delestraint, chef de l’armée secrète est arrêté par les Allemands. Jean Moulin convoque les chefs de la résistance en zone sud. Suite à une probable trahison, il est capturé par un commando SS le 21 juin 1943. Emmené à la Gestapo de Lyon, il est identifié comme étant « Max » le chef de la résistance française. « Je ne savais pas que c’était si simple de faire son devoir quand on est en danger », dira Jean Moulin à ses tortionnaires.
    Il meurt des suites des sévices au cours de sa déportation en Allemagne.
    Les gaullistes feront de Jean Moulin un de leurs héros. Ses cendres seront transférées au Panthéon le 19 décembre 1964.
  • 18 juin 1940 : Appel lancé depuis Londres à la BBC : « L’espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non ! »
  • 22 juin 1940 : L’armistice est signé avec l’Allemagne
  • 27 juin 1940 : « De Gaulle vous êtes seul, eh bien, je vous reconnais tout seul », lui dit Churchill
  • 28 juin 1940 : Reconnaissance par le gouvernement britannique de De Gaulle comme chef des Français libres
  • 3 juillet 1940 : Mers el-Kébir
    L’Amiral Gensoul choisira la confrontation avec les anglais. Ce sera un carnage, 1300 marins français tués, 2000 blessés.
    Ce fut, écrira Churchill, « la plus pénible et la plus odieuse décision que j’ai jamais eu à prendre ».
    La réaction de De Gaulle est violente mais cinq jours plus tard il dira : « en vertu d’un engagement déshonorant, le gouvernement qui fut à Bordeaux avait consenti à livrer ses navires à l’ennemi […] et il les aurait employés soit contre l’Angleterre soit contre notre propre empire. Eh bien ! Je dis sans ambages qu’il vaut mieux qu’ils aient été détruits. « Plus tard, il dira « à la place des Anglais j’aurais fait ce qu’ils ont fait ».
  • 14 juillet 1940 : Premier élément des forces françaises libres. La France libre est née avec comme emblème la Croix de Lorraine
  • 16 Juillet au 31 Juillet 1940 : Bataille d’Angleterre

De Gaulle est condamné à mort par contumace par le gouvernement de Vichy avec confiscation de tous ses biens. Discussion avec Churchill afin que les colonies d’Afrique ne deviennent pas des bases allemandes.

  • 27 octobre 1940 : Manifeste de Brazzaville : création d’un Conseil de Défense de l’Empire
  • 16 novembre 1940 : Déclaration organique complétant le manifeste du 27 octobre 1940
  • 24 septembre 1941 : Formation du comité national Français
  • 26 septembre 1941 : Reconnaissance des Français libres par l’URSS
  • 27 avril 1942 : Remise à Christian Pineau d’une « déclaration au mouvement de résistance » diffusée dans la presse clandestine en juin
  • 22 janvier 1942 : BIR HAKEIM
    Les Forces britanniques reculent sous l’offensive du maréchal Rommel. La 1ère brigade française libre (BFL) est chargée d’occuper, d’organiser et de défendre le point fort de BIR HAKEIM même après encerclement. La brigade aux ordres du général Kœnig mènera un combat acharné contre les forces de Rommel qui ont délivré les forces britanniques. Le 10 juin, Churchill félicite De Gaulle pour le courage des Français. 980 hommes perdus dans le désert, ou prisonniers.
  • 11 juin 1942 : « A BIR HAKEIM, le monde a reconnu la France », dit DE GAULLE
  • 9 juillet 1942 : Reconnaissance par les États-Unis du comité national français
  • 14 juillet 1942 : La France libre devient la France combattante
  • 23-26 janvier 1943 : Conférence d’Anfa. Rencontre de De Gaulle et de Giraud. Partant du Tchad, traversant 160 km de désert, le Colonel Leclerc de victoire en victoire rejoint en 1943 la 8e armée britannique. En France les réseaux de résistance sont sous la seule autorité du Général De GaulleLes Américains ne reconnaissent pas la légitimité du Général, au contraire de Staline
  • 27 mai 1943 : Soutien unanime apporté au Général De Gaulle par le Conseil National de la Résistance (CNR) réuni pour la première fois sous la présidence de Jean Moulin
  • 31 mai 1943 : Arrivée à Alger
  • 3 juin 1943 : Création du Comité Français De Libération National (CFLN) sous la coprésidence De Gaulle-Giraud
    La répression contre les Juifs et les représailles se multiplient dans toute l’Europe, arrestations, exécutions, déportations
  • 3 novembre 1943 : Réunion de l’assemblée consultative provisoire
  • 9 novembre 1943 : De Gaulle seul président du CFLN remanié
  • 24 janvier-2 février 1944 : Conférence de Brazzaville
  • 3 juin 1944 : Transformation du CFLN en gouvernement provisoire de la République Française (GPRF)
  • 4 juin 1944 : Les unités françaises rentrent dans Rome
  • 6 juin 1944 : Opération Overlord lancée, les alliés débarquent
  • 14 juin 1944 : Après 4 années de combat, le Général De Gaulle prend pied sur le sol français
  • 24 août 1944 : Le général Leclerc à la tête de la 2e DB entre dans Paris
  • 25 août 1944 : Discours de l’hôtel de ville à Paris
  • 26 août 1944 : Descente des Champs-Elysées par le Général De Gaulle
  • 1944 : Marseille, Lyon libérées. Strasbourg libérée par la 2e DB du Général Leclerc
  • 8 mai 1945 : Signature par le Général De Lattre de l’acte de capitulation des armées allemandes à Berlin
  • 2 septembre 1945 : Signature par le Général Leclerc de l’acte de capitulation du Japon. De Gaulle s’attache à ressusciter la France sur la scène internationale.
    Il faut maintenant reconstruire.
  • 9 octobre 1945 : Michel Debré crée l’ENA
  • 3 novembre 1945 : Président du GPRF, élu à l’unanimité par l’Assemblée Nationale constituante – Nationalisation des houillères, du gaz, de l’électricité, Renault, Air France, les compagnies maritimes. La sécurité sociale est garantie pour tous les travailleurs. L’intérêt privé doit céder à l’intérêt général
  • 20 février 1946 : Démission de De Gaulle. Il se sentait prisonnier du jeu des partis politiques
  • 16 juin 1946 : Discours de Bayeux
  • 16 janvier 1947 : Vincent Auriol est élu président de la 4ème République. Le Rassemblement du Peuple Français (RPF) est créé et obtient 40% des voix aux élections municipales
  • 28 novembre 1947 : Leclerc vieux compagnon de combat décède dans un accident d’avion à Colomb Bechar
  • 6 janvier 1948 : Décès d’Anne De Gaulle
  • 17 juin 1951 : Demi-échec du RPF aux élections législatives. Le parlement avait modifié la loi afin de brider le RPF
  • 1954 : Diên Biên Phu, fin de la guerre en Indochine. Début du conflit en Algérie, la situation se dégrade au fil des années. Les gouvernements qui se succèdent sont incapables de résoudre ce drame. 400 000 hommes seront engagés
  • 13 septembre 1955 : Suppression du fonctionnement du RPF
  • 27 mai 1955 : Premier vol de la caravelle à Toulouse
  • 1956 : Indépendance du Maroc et de la Tunisie
  • 13 mai 1958 : Les chefs de l’armée se soulèvent contre la politique de la métropole. Massu demande au Général De Gaulle de prendre en main les destinées de la patrie
  • 15 mai 1958 : De Gaulle se dit prêt à « assumer les pouvoirs de la République »
  • 19 mai 1958 : Conférence de presse devant 500 journalistes. De Gaulle rencontre les différents partis politiques et les Présidents des Assemblées. Il insiste pour revenir mais par les voies légales
  • 31 mai 1958 : Le gouvernement démissionne. Le Président Coty dira « Je me tourne vers le plus illustre des Français pour le charger de former le gouvernement »
  • 1er juin 1958 : De Gaulle est investi par l’Assemblée comme président du conseil. Il va élaborer une nouvelle Constitution
  • 4 juin 1958 : Discours d’Alger « Je vous ai compris »
  • 28 septembre 1958 : Référendum sur l’adoption de la Constitution de la Ve République. Mitterrand et Mendés-France tenteront de faire échouer le projet en faisant voter « non ». Le vote a lieu et est adopté à 75%
  • 21 décembre 1958 : Charles De Gaulle est élu président de la République avec 78% des voix. Le 1er des Français est maintenant le 1er en France
  • 8 janvier 1959 : Michel Debré devient 1er Ministre
  • 16 septembre 1959 : Discours radio télévisé sur l’autodétermination de l’Algérie. L’assemblée approuve 441 voix pour 21 contre
  • Janvier 1960 : Manifestation à Alger, barricades, grèves générales, complot d’anciens officiers. Les Généraux Challe, Zeller, Jouhaud et Salan entrent en rébellion
  • 22 avril 1961 : Putsch d’Alger
  • 8 septembre 1961 : Attentat manqué à Pont-sur-Seine
  • 18 mars 1962 : Signature des accords d’Evian. Les attentats de l’OAS et le non-respect de la parole donnée par le FLN précipitent dans le sang et l’anarchie les derniers mois de la présence française en Algérie
  • 14 avril 1962 : Georges Pompidou 1er Ministre. DE GAULLE recevra KHROUCHTCHEV puis KENEDY, il se rendra en Grande Bretagne, recevra le 1er ministre de l’Inde, se rendra au Mexique visiter plusieurs états d’Amérique du Sud. Le Général veut rendre à la France sa place de grande puissance
  • 3 juillet 1962 : L’Algérie est indépendante
  • 22 août 1962 : Attentat manqué du Petit-Clamart
  • 28 octobre 1962 : Référendum sur l’élection du Président de la République au suffrage universel. 62% vote favorable.
  • 29 novembre 1962 : Accord signé avec la Grande-Bretagne pour élaborer la construction du Concorde
  • 22 janvier 1963 : Signature du Traité de l’Élysée entre De Gaulle et Adenauer
  • 1963 : L’Élysée acquiert une caravelle aménagée spécialement pour le Président aux couleurs de la République française, elle transportera souvent le Général
  • Mars-avril 1963 : Grève des mineurs
  • 14 décembre 1963 : La maison de la Radio ouvre ses portes. La France entre dans la modernité, la production s’accroît de 5,5% par an
  • 27 janvier 1964 : Reconnaissance de la République populaire de Chine
  • 15 août 1964 : Attentat manqué au Mont Faron à Toulon
  • 30 juin 1965 au 11 mai 1966 : Politique de la « chaise vide » à Bruxelles
  • Fin 1964 : Le nouveau gouvernement britannique veut abandonner le projet de la construction du Concorde jugé trop cher. La fermeté de la France fait revenir Londres au respect de l’accord.
  • 19 décembre 1965 : Réélection comme Président de la République
  • 1965 : La France placera sur orbite son 1er satellite artificiel « Astérix ».
  • 1966 : Usine marémotrice de la Rance
  • 1967 : Au Québec, à Montréal : « Vive Montréal Vive Québec – Vive Québec libre »
  • 7 mars 1966 : Annonce du retrait de la France de l’OTAN
  • 1er septembre 1966 : Discours à Phnom Penh, il critique l’intervention américaine du Vietnam
  • 19 décembre 1966 : Réélu Président de la République au suffrage universel pour la 1ère fois
  • 29 mars 1967 : Lancement du 1er sous-marin nucléaire lanceur d’engins Le Redoutable
  • 14 mai 1968 : De Gaulle s’envole pour la Roumanie, alors que s’étendent les grèves en France. 1 million de personnes défilent dans Paris
  • 24 mai 1968 : Discours annonçant un référendum sur la participation
  • 29 mai 1968 : Départ secret pour Baden-Baden au QG de l’armée Française pour s’entretenir avec le Général Massu
  • 30 Mai 1968 : Dissolution de l’Assemblée Nationale. Les élections législatives conforteront la majorité absolue des Gaullistes à l’Assemblée. Il faut des réformes importantes. Il décide alors de consulter par référendum.
  • 10 juillet 1968 : Maurice Couve de Murville devient 1er Ministre
  • 2 mars 1969 : Toulouse-Blagnac, le concorde 001 décolle
  • 27 avril 1969 : Référendum sur la régionalisation et la réforme du sénat. « Votre réforme va engager le destin le la France, si je suis désavoué, je cesserai aussitôt d’exercer mes fonctions »
  • 28 avril 1969 : De Gaulle est battu. Le « non » l’a emporté par 50,41%, il ne prononcera aucun discours, il s’en va
  • 10 mai au 19 juin 1969 : Il retournera en Irlande, berceau de ses ancêtres maternels
  • 15 juin 1969 : Georges Pompidou est élu Président de la République. De retour à Colombey, il travaille à ses « mémoires de l’espoir ». Il dira « la France a connu des hauts et des bas tout au long de son histoire, mais pour finir, c’est toujours elle qui gagne »
  • 9 novembre 1970 : Dans le petit salon de la Boiserie, il attend le journal télévisé.
  • 19h30 : il s’éteint suite à une rupture d’anévrisme. Il aurait dû avoir 80 ans le 22 novembre
  • 12 novembre 1970 : Drapé de tricolores, le cercueil sur un engin blindé de reconnaissance, se dirige vers la petite église de Colombey. Le même jour à Paris, le monde entier et les 80 souverains et chefs d’état étrangers sont rassemblés à Notre-Dame pour un dernier hommage.

Charles De Gaulle est entré dans l’histoire.