La marraine de l’Association

La marraine de l’Association Varoise de l’Appel du 18 juin est Marielle Goitschel, elle succède en 2019 au premier parrain de l’Association Michel Anfrol.

CEREMONIE 18 06 19 Marielle Goitschel

Marielle Goitschel, 2 fois médaillée d’Or aux Jeux Olympiques et 7 fois championne du monde à le plus beau palmarès du ski alpin français. Née en 1945 à Sainte-Maxime (Var). Gaulliste depuis son plus jeune âge, elle a toujours éprouvée une profonde admiration pour le Général de Gaulle.

Le mot dE LA MARRAINE de l’association

La famille Goitschel a toujours été Gaulliste nous avons ma sœur et moi grandis dans le respect et l’admiration du Général.
Mon père et mon frère ainé (Christine et moi avions 17 et 18 ans d’écart avec mon frère) étaient dans le maquis et ma mère tenait le bar des 5 rues à Megève en haute Savoie, elle alimentait le maquis.
 Le premier souvenir du Général fût lors de sa visite à Nice sur la place Masséna, j’étais juchée sur les épaules de mon père et j’ai manqué de lui serrer la main de 50 cm, j’étais petite et je ne me souviens pas de l’année?
Notre première rencontre fût juste après les JO d’Innsbruck en 1964 où après notre double doublé olympique (et où j’avais déclaré à la télévision que j’avais gagné pour mes parents , la France et le Général DE Gaulle) le Général nous a reçu à l’Elysée pour remettre aux médaillés d’Innsbruck l’ordre du mérite. La première récipiendaire fût ma sœur et moi la deuxième, droit d’aînesse oblige.
Le Général nous a confié que cette rencontre était un des moment les plus agréable de sa fonction et j’ai une photo où le général dialogue avec nous la main dans sa poche (très rare).
Ensuite il m’a reçu encore à l’Élysée en 1966 avec tous les champions de tous les sports pour remettre la légion d’honneur pour la première fois aux sportifs, j’aurais du l’avoir car le général avait dit que pour le ski c’était Marielle Goitschel, mais ce n’était pas possible car j’avais 20 ans sauf en dehors du titre posthume ! On ne remet pas la légion d’honneur.
Quand il me l’a expliqué je lui ai répondu (mais pour gagner des médailles je ne suis pas trop jeune !!!), il m’a répondu avec bonté, je suis d’accord mais vous l’aurez à Grenoble pour les JO, et effectivement il me l’a remise après Grenoble, parole tenue.
Puis il y a eu le déjeuner à l’Élysée au printemps 1968 et j’étais assise à sa droite, j’ai eu tout le repas qui a duré plus d’une heure, la chance d’avoir le Général tout à moi car Colette Besson était très impressionnée et les autres aussi, j’ai donc parlé avec lui de tout et cela restera dans ma mémoire jusqu’à la fin de ma vie.
Le Général était unique, grand par la taille par la force de ses idées, en un mot Grand tout court.
Je suis allée à son enterrement, Val d’Isère – Colombey roulant de nuit pour arriver à 2H du matin et le chef de la gendarmerie m’a dit : je vais posé les barrières à 5 heures du matin et vous pourrez vous mettre devant le monument aux morts qui est juste à droite de l’entrée de l’église. Ce fût chose faite et quand André Malraux et la famille de Gaulle m’ont vu, ils m’ont dit (viens avec nous) mais moi le Général avait dit le peuple pourra venir et le suivre et j’étais du peuple. Ensuite quand la cérémonie religieuse a été finie André Malraux est venu me voir et m’a dit (Allez viens Marielle) et nous sommes repartis ensemble. J’ai beaucoup pleuré et vue tout le long du chemin sur au moins 5kms des gens qui venaient à pied, même des personnes en fauteuils roulants.
Plus émouvant que les obsèques tu Général, cela n’existe pas. C’est pourquoi, JE SUIS et reste ÉTERNELLEMENT GAULLISTE.

Écouter la version audio

Marielle GOITSCHEL

download